mercredi 11 novembre 2015

Il y a des jours où je me mets des coups de pied au cul à en déclencher des sourires !



Ce matin je n’ai pas envie d’aller travailler. Et puis il y a du brouillard partout... Du brouillard sur la route, semblant peser lourd sur mes paupières abaissées par la gravité. Du brouillard dans ma tête, dans laquelle résonne encore la sonnerie du réveil qui m’aura sorti de mon lit avec toute la douceur d’une caresse au papier de verre. J’ai pas envie d’aller soigner. J’ai pas envie de sourire. Pas envie d’être agréable pour les autres. Je suis tellement renfrognée ce matin que j’ai presque envie de me mettre un coup de pied au cul. Mais même ça j’en ai pas envie… 

Et bien, paye ta joie de vivre ce matin ! Il va falloir que je supporte ça toute la matinée ou bien ? Qu’est ce qui se passe là ? Oh et puis tiens, ouvre-la ta fenêtre ! Voilà... Respiiiiire… Respire le brouillard… Sérieusement. Il est tôt, ok. Il fait pas beau, d’accord. Et alors ? Tu préfères quoi ? Retourner dans ton ancien service duquel tu ne voyais même pas le soleil et où le seul moyen que tu avais de prendre l’air c’était pendant tes pauses clopes au moment d’aller jeter les poubelles du service. C’était vachement plus bucolique hein ! Allez, hop là, tu te motives ! T’as cinq personnes à voir ce matin au cabinet avant de débuter ta tournée. Hors de question qu’ils aient à supporter une soignante la gueule dans le brouillard dès le matin alors qu’ils n’ont même pas pris le café !

Je me gare tout près du cabinet. J’ouvre ma portière et pose mon pied sur le bitume. Il fait noir et le trottoir est éclairé de ces réverbères qui donnent à l’asphalte cette couleur orangée et moche. C’est moi ou la terre est plus basse que d’habitude ? J’ai l’impression de m’extraire de mon véhicule aux forceps et que ma voiture est plus petite… Ma première patiente est là. Elle a l’air de s’impatienter. Ou alors elle a froid. C’est vrai que ce matin ça c’est bien refroidi… Un frisson parcoure mes deux omoplates pour terminer sa course dans le bas de mon dos. Comment j’aimerai être sous ma couette…

Et puis je me suis avancée vers ma toute première dame et je lui ai serré la main. La première d’une longue série. Son sourire est timide et poli, juste présent dans le coin droit de sa bouche fine et légèrement rosée. Elle est tellement pâle. Je l’invite à entrer, à se mettre à son aise et lui montre le fauteuil de prélèvement sur lequel elle s’assied après avoir rapidement enlevé son manteau. L’odeur de peinture fraiche persiste dans mes narines durant deux trois inspirations. La machine à café dégage cette odeur de petit déjeuner, manquerait plus que les tartines de pain grillé-beurré. Ça sent bon. L’eau chaude avec laquelle je lave mes mains me détend jusqu’au bout du cuir chevelu. Je me sens bien…

- Je viens pour un bilan de fer.

La dame est assise les mains jointes bien calées entre ses deux genoux serrées. Elle regarde autour d’elle. Elle inspecte le cabinet s’arrêtant sur les cadres, sur mon sac à main posé à la va vite sur le bureau et finit par baisser les yeux en remontant vers les miens. Je ne la connais pas, je suis une parfaite inconnue pour elle. Mais je l’aime bien.

Elle dégage ce petit truc qui me fait dire quelquefois que je vais bien m’entendre avec quelqu’un. C’est instinctif, ça ne s’explique pas et j’avoue que c’est assez dégueulasse pour ceux contre qui mon aura se percute plus qu’elle ne s’ouvre. Elle semble tellement forte et fragile en même temps. Son visage est simple et beau. Il émane d’elle une puissance fatiguée. Je décide de creuser pour comprendre et je lui pose quelques questions tintée d’un humour plus ou moins éclairé alors que le soleil n'est pas encore levé.


Nous parlons saignements, fatigue et angoisse de ne pas savoir. Nous discutons boulot, collègues, arrêt de travail et isolement social. Nous conversons maison, jardin, pluie et parterre en friche. Cette femme qui ne vit que pour le travail, se retrouve bloquée par la fatigue de trop saigner sans en connaitre la cause. Cette dame qui ne vit qu’entourée des autres, se retrouve enfermée chez elle, un peu contrainte à l’isolement. Cette personne active se retrouve coincée chez elle sans pouvoir profiter de son cher jardin transformé en friche alors qu’il y aurait tant à faire, et alors que le corps ne suit plus…

« Bloquée, enfermée, coincée. » De quoi ravaler un sourire et le digérer.

A la fin de la prise de sang, elle avait décroisée ses jambes. Sa bouche ne souriait plus simplement d’un côté mais offrait à présent un très joli sourire pleines dents, bordé par une bouche toujours aussi fine et toujours aussi pâle. Elle prenait son temps pour se rhabiller et ne semblait plus aussi pressée de me quitter. Je m’avançais vers la porte de sortie lorsqu’elle s’arrêta de nouer son écharpe autour de son cou :

- Je voulais vous remercier pour votre sourire. Il est communicatif. Vous avez une personnalité souriante, ça fait du bien. Ça réchauffe, je voulais vous le dire…

J’ai repensée au brouillard, à ma couette, à ma tête par la fenêtre et à mes paupières lourdes à en tomber par terre. Je me suis sentie con. Con et souriante. Je l’ai remercié. Sa phrase a résonné dans ma tête pendant toute ma tournée. Je n’ai cessé de repenser à son sourire qui remerciait le mien. Mon sourire qui était apparu de lui-même sans que je m’en rende compte. Ce sourire qui était né grâce à l’autre et qui était resté bloqué sur mon visage grâce à elle.

Il y a des jours où l’on n’a pas envie d’aller travailler et où le sourire d’une patiente vous rappelle que l’important n’est pas le brouillard et le froid qu’il y a dehors mais le soleil et la chaleur que vous avez à l’intérieur.

[ illu' trouvée sur weheartit.com ]

6 commentaires:

Agnes LEMONNIER a dit…

Que çà fait du bien un récit comme celui là !quel plaisir de vous lire merci!

chaourcinette a dit…

y'a une expression qui m'a toujours fait rire et laissée perplexe : " se réveiller la tête dans le cul"..je sais c'est trivial ! mais c'est ce qui m'est venu à l'esprit après t'avoir lue !!
heureusement, ton sourire se déclenche vite !! courage !

c'est l'infirmière a dit…

Merci Agnès ! ^^

c'est l'infirmière a dit…

"La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard" ... Ca me rappelle une vielle chanson moi ! ^^
(contente de te revoir par ici ! ^^)

esmeralda a dit…

Merci, merci pour ces récits pleins de poésies mais tellement vrais de notre quotidien...
J'attends toujours avec impatience vos nouvelles ( à réunir dans un prochain livre et à publier si si )
Un peu de douceur littéraire dans ce monde de brut, c'est une bouffée d'air...
MERCI

c'est l'infirmière a dit…

Merci Esmeralda ! ^^
Pour le livre, ce serait un chouette projet que de faire vivre mes écrits à travers le papier... C'est un autre support... Avis aux éditeurs ! ;-)

Enregistrer un commentaire

Merci pour le petit mot ! ^^