mardi 11 avril 2017

Le lilas couleur coeur.




- En Syrie, on a vu les photos terribles de ces enfants gazés…

J’ai coupé France Inter. Pas envie d’entendre. 

Pas envie d’avoir à nouveau en tête ces images terrifiantes d’enfants morts ou agonisants et suffocants, la respiration crépitante, les bras en croix. Des tout-petits, pas plus vieux que les miens… Dans ma cuisine, j’ai préféré couper ma radio pour ne pas entendre les infos et je me suis détestée de faire ça. Toute occidentale que je suis, j’ai eu d’un coup l’impression d’être loin de tout alors que la veille, mes larmes m’avaient rapproché des syriens à un point qu'ils n’imaginent pas.

L’Humanité part en vrille, et moi je coupe le son pour ne pas l’entendre. L’autruche, made in France.

Je sens dans mon cœur de soignante, dans mes tripes d’Humaine, dans mes viscères de mère qu’un changement dans l’Humanité est en train de s’amorcer, et pas dans le bon sens. On gaze les syriens. On exécute les homosexuels ou on les enferme dans des camps. On viole les femmes pour rembourser des crimes d’honneur ou on les mari de force. On excise, on mutile, on torture, on exécute...

J’ai l’impression que l’Humain perd pied alors qu’il devrait plutôt se le foutre au cul pour évoluer

Je suis sortie dans le jardin pour me changer les idées et j’ai pris ma fille sur mes genoux tout près du romarin en fleur. Je lui ai montré comment je caressais le dos des bourdons, avec gentillesse et douceur. Elle m’a dit :
- Tu n’as pas peur de lui ?
- Non, parce que je le connais et je sais qu’il ne me fera pas de mal…
- Mais il va te piquer !!

En remettant sa mèche de cheveux bruns derrière son oreille, je lui ai répondu :
- Aucun animal ne se lève le matin en se disant « Tiens aujourd’hui je vais piquer telle ou telle personne ! ».

Ma fille m’a très justement fait remarquer que c’était pourtant ce que je faisais dans mon travail d’infirmière tous les jours. J’ai continué :
- Si ce bourdon me fait mal, c’est que je n’aurais pas été assez douce avec lui… Parce que tu sais, aucun être vivant sur terre ne fait du mal par pur plaisir.


Elle a quitté mes genoux pour rejoindre sa sœur à la balançoire et alors que je regardais mon bourdon passer d’une fleur à l’autre en faisant ce bruit sourd je me suis dit que j’étais une belle menteuse. Une mère-menteuse qui voulait coûte que coûte conserver la crédulité de sa gamine. Parce qu’en fait il y avait bien un animal sur terre près à tout pour engendrer la souffrance, la douleur et la mort : c'était l’Homme. C’était moi, c’était toi et ce sera peut-être elle plus tard. 
Ce bourdon et la peur qu’elle en a ma fille, c’est à l’échelle de mon jardin ce qui se passe sur la terre autour de nous. L’ignorance et la peur de celui qu’on ne connait pas et qui engendre à une échelle mondial le rejet de l’autre et les pires catastrophes humaines. L'humain devient plus con que bon. Si nous avions peur de notre main, nous serions capables de nous mutiler jusqu’à l’épaule. Si seulement certains pouvaient avoir peur de leurs idées, ils se mangeraient peut-être le cerveau à la petite cuillère…

J’ai quitté mon bourdon et je suis montée dans ma voiture pour démarrer ma tournée de soins du soir.

Je me suis garée devant la maison d’une de mes plus vieilles dames, ma toute petite normande. Une patiente-ressource incroyable aux yeux d’un vert clair qu’on ne voit que très rarement par ici. Avec elle, tout va toujours bien même lorsque ça va mal. Elle aime la vie ma vieille dame alors qu’elle aurait toutes les raisons de la détester. Elle me dit parfois que vivre une vie c’est comme vivre en couple. Elle aimerait parfois la quitter tout en m’avouant qu’elle serait chagrinée de ne plus rien avoir à partager avec elle ensuite : « Mais bon, de toute façon les morts ça ne pleurent pas non ? Donc je ne serais pas vraiment triste de mourir...». Non, c’est vrai mais moi je sais déjà que je pleurerais pour elle. 

Depuis quelques jours, ma jolie normande n’a plus envie de la vie. 

Alors qu’il fait beau dehors, elle se sent à l’étroit dans sa toute petite maison, celle qu’elle a dû louer juste à côté parce que l’ancienne n’était plus adaptée. Avec son déambulateur, elle passe chaque jour devant son ancien jardin. Elle risque un œil à travers le grand portail en métal pour apercevoir ses rosiers, ses hortensias et le lilas géant qu’elle avait planté à la naissance de son dernier enfant. Et puis il y a eu l’arthrose et sa cheville toute fine qui ne tenait plus trop son petit corps de vieille. La douleur qui immobilise et qui isole... Le déambulateur est dans un coin de son salon depuis des jours.

Mais ce soir, lorsque j’ai sonné à sa porte quelques chose avait changé. Son « Oui oui !! » était enjoué et une odeur dingue avait rempli toute la maison. 
Quand je suis arrivée dans son salon j’ai retrouvé ma jolie normande avec un sourire irradiant jusqu’au mien. Elle était entourée de plein de fleurs et toute petite qu’elle était, j’avais du mal à la voir au milieu de tous ses bouquets de lilas. La petite voisine qui avait racheté sa maison et qui s’inquiétait de ne plus la voir passer devant chez elle s’était empressée de lui couper quelques branches pour lui emmener un peu de son jardin.
Ma vieille normande s’est levée en s’aidant de sa canne et elle m’a montré chacun des bouquets de lilas violets qui, d’un coup, avaient une couleur bien différente.

Finalement, en voyant l’inquiétude d’une voisine qu'on ne pensait pas si proche et en regardant ma patiente sourire au milieu de tous ces bouquets couleur de cœur je me suis dit que, finalement, l’Humanité se jouait à peu de chose.

 [ illustration : les jolis lilas de ma vieille normande ]

4 commentaires:

Camille Goueffon a dit…

Un magnifique texte (comme d'habitude) ! Oui la vie est triste, oui je me demande dans quel monde je vais élever mes futurs enfants, mais parfois (je suis comme toi) je préfère faire l'autruche pour continuer à sourire et garder l'espoir (naïvement ?) qu'un jour tout ira mieux ; mais dans un coin de ma tête, je n'oublies pas que des vies d'enfants sont gâchées, que des familles sont brisées, que des personnes essayent d'avoir une vie plus aisée...
Merci pour ces billets d'humeur, qui nous aide à garder l'espoir justement que l'Homme n'est pas si mauvais.
Une belle soirée...

c'est l'infirmière a dit…

Merci beaucoup pour ton message Camille ♡ !

Dakotafou a dit…

Bonsoir, pas vraiment grand chose a dire.. juste que j'aime ces petits mots sur la vie qui me parlent beaucoup et dire que parfois, moi aussi malgré mon age avancé, j'ai du mal a ne pas me boucher les oreilles.
J'avais 20 ans en 1968 et je m'en veux aujourd'hui de faire partie de cette génération qui a trahi ses rêves et qui porte une lourde responsabilité dans cet état du monde.
M'enfin.. il faut avancer et tenter de remettre ce monde à l'endroit, une lourde tache que l'on va vous laisser!
Heureusement qu'il y a des Charlines pour nous montrer aussi le meilleur!
Je vous embrasse affectueusement.

C a dit…

Texte touchant de justesse. Les plus belles choses ne masquent pas les pires. Et heureusement, inversement.

Enregistrer un commentaire

Merci pour le petit mot ! ^^