samedi 27 février 2016

I.F.D. : Indemnité Forfaitaire Déplacée





- Mais par contre, il n’y a pas marqué « à domicile » sur l’ordonnance de prise de sang de ma femme, c’est pas grave ?

Tout en préparant mon matériel pour sa prise de sang, j’ai rassuré le mari. Je lui ai expliqué que je ne facturais qu’un déplacement étant donné que je me déplaçais pour le couple et que le domicile était notifié sur son ordonnance à lui, donc il n’y avait aucun problème.
J’ai enchainé les tubes dans lequel le sang faisait ce petit bruit de remplissage, signe d’une belle veine qui donne bien, signe d’une infirmière contente de ne pas à avoir à repiquer un capital veineux capricieux. Le dernier tube rempli, j’ai retiré l’aiguille en demandant au patient de bien vouloir tenir le coton… La cafetière crachait ses dernières vapeurs dans la pièce d’à côté et l’odeur de petit déjeuner venait réveiller mes narines jusque dans le salon. Mon estomac s’est serré en laissant échapper le son de ce petit déjeuner qui avait dû refroidir sur le siège passager de ma voiture.  

Sa femme revient de la cuisine et s’installe sur la chaise à la place de son mari. Elle sentait le pain grillé : « Vous voulez un café après ? ». Je l’ai remercié pour sa gentillesse et j’ai décliné l’invitation par manque de temps, par manque d’envie aussi. J’ai toujours détesté le café, bien que l’odeur soit un délice pour mon nez… J’ai regardé l’ordonnance pour mettre de côté les tubes dont j’aurai besoin et effectivement le « A domicile » manquait. Le mari est revenu de la cuisine en se réchauffant les mains avec sa tasse de café chaud.

- Ma femme a demandé à son médecin s’il pouvait rajouter le domicile dessus. Il lui a répondu texto : « Le domicile, ça ne sert qu’à enrichir les infirmières, c’est tout ! ». 

Sérieusement ? La femme a confirmé…

2€50 l’IFD (Indemnité Forfaitaire de Déplacement) soit 1€25 net… Paye ton enrichissement ! Le médecin aurait pu refuser de notifier le domicile en expliquant que l’état de la dame ne nécessitait pas que je me déplace, mais non. Le médecin, qui ne connait certainement pas le montant de l’IFD pour dire une aussi grosse connerie, avait décidé de ne pas permettre à sa patiente de se faire prélever chez elle juste pour ne pas m’enrichir, moi méchante infirmière libérale vénale en quête de rentabilité.

Parce que la rentabilité se joue sur les déplacements, c’est bien connu, surtout à la campagne où les trajets entre les patients sont parfois longs. Rentabilité… Si je pouvais faire en sorte que tous les soins se passent au cabinet là je serais vraiment rentable. Au cabinet, je laisserai les patients attendre dans la salle d’attente plutôt que d’avoir à rouler vingt minutes aller-retour sur des routes de campagne boueuse pour simplement réaliser une injection à 4€50 dans un lieu-dit pommé. Au cabinet, je pourrais rester au chaud sans avoir à enlever et remettre mon manteau autant de fois que j’ai de patient sans supporter le coup de vent qui te referme la portière sur le tibia ou l’averse qui fait rétrécir ton jean une taille en dessous. Au cabinet j’aurais du thé chaud, des tablettes de chocolat à la noisette, je serais chez moi avec un espace de soins qui ne se limiterait pas uniquement à ma mallette.

Mais au-delà de la bêtise des propos de ce médecin, ce qui prédomine c’est son manque de reconnaissance. Comment peut-on travailler en collaboration avec certains individus de ces corps de métiers qui semblent nous faire passer pour des soignantes que seul le profit intéresse, qui semblent penser que les infirmières-limites-fraudeuses ne souhaitent qu’une chose : s’enrichir sur le dos des contribuables en creusant le trou de la sécu avec des coups de petites cuillères à 2€50…Lamentable.

J’ai salué mon gentil petit couple avec un goût amer dans la bouche qui n’avait rien à voir avec ce café que je n’avais même pas bu. Je suis remontée dans ma voiture à l’habitacle glacé par le zéro degré extérieur. Mes mains étaient gelées. J’ai remis la couverture sur mes genoux pour me réchauffer un peu. J’étais refroidie, dans tous les sens du terme. J’ai peut-être gagné 2€50, mais ce médecin a vraiment perdu une occasion de se taire… 

[ Sur la photo : la délicieuse Anke Eve Goldmann ]

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Quel imbécile ce médecin d'avoir dit ça pfff ! Daisy de chez Chaourcinette

chaourcinette a dit…

quel con ce toubib ! je voudrais bien savoir ce qu'il demande, lui, en déplacement à domicile ? y'a de quoi te mettre de bonne humeur tôt le matin en entendant ça !! grrrrrr !!

Patricia a dit…

Salut je voulez votre avis je suis ide au chu et je voulez me lancer en liberal car je me sent une machine et pas une personne il faut aller vite et sans faire des erreurs.moi j'ai toujours pense au bien etre du patiente mais je commence a me sentir fatigue de ces types de soins oú ont n'a pas le temp de s'occuper du patiente et je pense que en liberal je pourait donner un peu de chaleur et de soins de qualite au patientes ce une tres belle oportunite mais j'ai peur car comme titulaire j'ai un salaire tout les mois et si je parte je ne sait pas quesque je vais trouver.ce difficil de prendre cette decision.merci

Enregistrer un commentaire

Merci pour le petit mot ! ^^