mardi 26 avril 2016

Le bruit du silence.



- Ouiiiiiiiii !!

Je ne savais pas qui de la sonnette ou de celle qui vivait entre ses murs émettait le son le plus agaçant. Peut-être était-ce un combiné des deux, un spécial-combo-strident-à-t’en-faire-grincer-les-dents. Tous les matins j’avais le droit à cette voix pas franchement accueillante, qui répondait à cette sonnette qui me vibrait jusqu'à l’index, à son « Ah c’est toi que v’là ! » comme si mes deux passages journaliers depuis trois ans n’avaient pas suffis à lui faire intégrer ma présence, et au bruit omniprésent de cette télé qui semblait saturer les derniers pourcentages de silence qui aurait dû reposer mes oreilles à peine réveillées.

La télé. Je ne la regarde pas vraiment chez moi et je la tolère encore moins chez mes patients. Surtout chez elle. Pour dire vrai, je n'ai jamais trop su pourquoi. Était-ce dû à ces fois où je devais m’époumoner pour lui demander de baisser le son ? Était-ce parce que je ne comprenais pas qu’on puisse pouffer de rire devant une pub pour les couches qui bizarrement passais à chacun de mes soins ? Était ce parce que les programmes qu’elle regardait semblaient tous la prendre pour une demeurée ? De quoi se faire un Combo-spécial-Couches-Lagaff’Bip Bip-pitoyable et voir combien de temps vous mettrez à vous arracher les globes oculaires pour vous les fourrer bien profond dans les oreilles.

Mais soyons clair. Si je peste c'est uniquement contre la télévision, pas contre celle qui détient la télécommande. 

Parce que j'ai finis par comprendre que sa foutue télé, c'était tout ce qu'elle avait. C’était son regard sur le monde alors qu’elle n’avait jamais voyagé. C’était son échappatoire alors que son corps ne lui permettait plus de passer le seuil de sa porte d’entrée. C’était son lien social alors qu’elle ne recevait jamais de visite. Son téléviseur c’était le seul qui réussissait à rompre son isolement, à lui donner le sourire et à redonner vie à cette maison dans laquelle ne résonnait plus les rires de ses enfants.

Mais depuis quelques semaines plus rien. Le silence.

Tous les matins je la retrouvais assise face à son écran noir éteint. La télé était passée à la TNT en HD début avril et la famille avait oublié le décodeur lui permettant de continuer à rire, pester et s’abrutir devant ses programmes préférés. Le boitier n'ayant pas été acheté, la télévision avait été débranchée, et tout son univers était maintenant réduit à cet écran noir et au silence complet. Pas de radio pour entendre les voix des autres, pas de livres pour s’évader. Introspection contrainte et forcée depuis trois semaines.

J’entre chez elle après mon coup de sonnette et du couloir je l’entends déjà grommeler toute la sympathie que lui insuffle mon arrivée. Je l’entends se plaindre et souffler à s’en dégonfler. Les fenêtres toujours fermées laissent à peine passer les bruits de la rue. Elle grogne, elle n’entend plus que ça. Elle doit se supporter toute la journée dans le silence le plus complet de sa maison.

Le silence. Du lever au coucher le bruit de ce putain de silence. L'angoisse et ce sentiment de révolte et d'impuissance qui se collent à ma couenne de soignante.

Je la quitte en lui souhaitant de principe une belle journée. Quand je referme la porte de chez elle et que je me retrouve dans la rue je prends toujours le temps de respirer à fond le soleil en fermant les yeux. J'entends les mésanges chanter dans la haie en se lançant dans le concours du plus beau nid. A quelques mètres, des enfants font une course de trottinette et rigolent tout ce qu'ils peuvent. Deux maisons plus loin la voisine en robe de chambre discute avec celle de la maison suivante si fort que je l'entendrais chuchoter un secret. Elle a ce rire comme un éclat de verre qui agace son chien à le faire aboyer. Du bruit, il y en a partout. De la vie, il y en a tout autour de moi...

Je me retourne vers la maison grisonnante de ma vieille patiente et je l'imagine assise dans son fauteuil en train de pester contre ce rien, contre ce vide, contre l'absence de bruit et de vie. Finalement, le vrai silence n'existe peut-être que dans les chaumières où la solitude formerait un capitonnage sur les murs et des œillères sur les yeux de ceux dont la vie semblerait s'être arrêtée en même temps que leur télé...


1 commentaire:

jemlesiles a dit…

Comme c'est triste !
cette pauvre femme abandonnée par sa famille qui ne lui a pas changé le décodeur tnt...
j'espère que depuis cet article, cette personne peut à nouveau regarder la télé, la seule fenêtre ouverte sur le monde...
car même si les programmes ne sont pas toujours "top"ils aident à passer le temps...
bravo pour votre dévouement que l'on peut percevoir lors de l'émission télévisée d'hier soir...
je ne peux que vs souhaiter bon courage....
belle journée

Enregistrer un commentaire

Merci pour le petit mot ! ^^