samedi 21 janvier 2017

Coup de gueule infi' #24 : Hélène, arrête de faire ton cirque ! (lettre ouverte à la CPAM)




Bonjour la CPAM,

Comment vas-tu ? Oui tu as vu, je te demande comment tu vas. Ainsi, je me dis que tu feras la même chose pour moi. Mais vu que je sais que tu ne me le demanderas pas, je vais te répondre tout de même : je suis en colère. 
Aujourd’hui la CPAM, je me permets de te contacter car je viens d’avoir une consœur infirmière au téléphone et elle ne va pas fort, vraiment. Il y a même un moment où j’ai cru l’entendre pleurer. Enfin ce sont les larmes que j’ai entendu dans sa voix qui m’ont fait dire ça, mais je me trompe peut-être tu me diras, puisque je ne l’ai pas vu, tout comme toi qui refuse toujours de la rencontrer avec son avocat. Tu remarqueras que je te dis « tu », que j’oublie volontairement mes bonnes manières et j’espère que tu ne m’en voudras pas trop de me mettre à ton niveau…


- Je suis crevée, mais ça va…

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Hélène, l’infirmière qui dort au pied de ton bâtiment. Hélène a 62 ans. Infirmière libérale depuis 28 ans, elle vient de passer sa troisième nuit par moins cinq degrés sur le trottoir devant la CPAM de Bordeaux. 

Je ne te la présente pas car tu la connais bien depuis les six années qu’elle se bat pour se faire entendre de toi. Deux combats et deux jugements auprès des affaires sociales et un passage au conseil d’État pour faire annuler sa dette. 
Épuisée, Hélène s’est résignée à payer même si elle ne comprend pas l’accusation de « fraude pour soins fictifs » dont tu l’accuses. C’est vrai, comment aurait-elle pu penser que soigner matin et soir une patiente hospitalisée la journée lui tamponnerait des années plus tard le mot « FRAUDEUSE » sur le front ? Pour explication, les forfaits hospitaliers « empiètent » sur nos heures de présence au domicile de nos patients et il n’est pas rare de voir nos soins rejetés par les sécurités sociales qui ne comprennent pas (sans pour autant nous appeler), comment nous pouvons soigner des patients enregistrés comme « présents » dans des services dont ils n’ont pourtant pas encore franchi les portes. 
Les médecins de l’hôpital ont pourtant rédigé des courriers pour attester des passages journalier d’Hélène. Les familles des patients t‘ont également écrits tout comme les auxiliaires de vie pour confirmer la présence de l'infirmière au domicile de ses patients avant leur départ pour l’hôpital, mais rien n’y fait : tu réclames à l’infirmière libérale l'intégralité des soins que tu estimes fictifs alors qu’ils ont été réalisés, avec en cadeau des pénalités pouvant s’élever jusqu’à 200% .

54 000€ à régler sous deux ans, bam !


Hélène est épuisée et elle s’est résignée à payer même si elle n’est pas d’accord avec ce que tu lui reproches. Mais elle ne peut pas le faire en deux années, elle n’en a pas les moyens. La faute peut-être aux saisies sur virements de la totalité de ses soins que tu prélèves sur son compte bancaire sans même lui laisser de quoi payer ses charges ou remplir son frigo… Hélène n’a plus un rond et a été obligé de faire un crédit à la consommation pour prouver sa bonne foi en espérant qu’enfin tu lui accorderas de la laisser te régler le restant sous quatre ans.  

Toi, la CPAM, tu ne veux rien entendre, tu veux l’argent que tu estimes être le tiens et tu mets l’infirmière libérale au pied du mur au point qu’Hélène a choisi de s’y adosser en attendant dans le froid que tu daignes t’intéresser à son cas :

- De toute façon, si la CPAM refuse de m’entendre dans un mois je suis à la rue. Alors autant y être maintenant et dormir devant la sécurité sociale !

Il faut dire que ton trottoir est tellement confortable la CPAM et puis ça ne coute rien de s’y installer. Ce n’est pas comme ouvrir son cabinet infirmier qui, lui, peut finalement couter très cher. Cher au point de tout perdre. Hélène aurait vraiment eu tort de ne pas en profiter… Surtout depuis que des consœurs libérales qu’elles ne connaissaient pas lui apportent des cartons pour s’isoler du froid et des couvertures pour être bien au chaud. Certaines lui ont même apporté de bons petits plats pour se remplir le ventre et le cœur en même temps. Ils ont été nombreux à monter tout autour d’elle un rempart humain et chaleureux pour la protéger du froid. Une vague de soutien la submerge, et elle était émue Hélène de voir qu’elle n’était pas seule. Qui aurait cru que son cas toucherait à ce point les libérales du coin ? Pas elle, pas toi, pas nous et pourtant… .


- Une fois que mon groupe de soutien me laisse seule la nuit, je gamberge et je me pose beaucoup de questions. Quand on est seul, on ne comprend plus rien. On commence à culpabiliser en cherchant où se trouve l’erreur… Je ne me suis jamais levée le matin en buvant mon café et en me disant « Quel soin je pourrais bien frauder aujourd’hui ? », non, jamais ! J’ai toujours fait très attention à ne pas faire d’erreur. Et puis on se met en colère et de la colère nait la résignation et la tristesse de voir ce système complètement déshumanisé. Maintenant, je voudrais juste avoir la paix… Que la CPAM me permette de les payer et être en paix. Je suis fatiguée…

Si tu avais entendu la CPAM à quel point ça la touché d’entendre toutes ces infirmières l’encourager dans son combat et lui parler des soucis qu’elles rencontrent elles aussi avec toi… Tout comme moi.

J’avoue la CPAM que nos relations n’ont pas toujours été cordiales. On est un peu comme un vieux couple. J’ai besoin de toi, tu as besoin de moi. Je t’aime mais qu’est-ce que tu me gonfles parfois.
Tu me parles sans cesse de la taille de ton trou que tu trouves énorme et qu’il faudra bien réussir à combler un jour. Tu me rappelles que je dois faire attention à ce que je dépense. Tu me dis chaque année que je te coute cher sans avouer que je suis plus rentable qu'un passage à l'hôpital. Tu le sais, mais ça te tue de penser que sans moi et sans les soignants de terrain, le maintien au domicile des français ne serait tout simplement pas possible…

Et puis notre vieux couple subit les assauts des petites tensions quotidiennes et ça devient usant…

Le mois dernier, je sortais de chez un patient épuisé par son cancer. 45 minutes de soins à genoux au plus près de lui pour le soigner : deux pansements, deux injections et une prise de sang… Pour 6€ net. 6€ pour cinq soins parce que tu m’interdis de facturer plus d’un acte et demi. Je suis écœurée.
La semaine précédente, j’ai dû expliquer à une vieille dame excédée aux doigts déformés par l’arthrose que je ne pourrais pas instiller ses collyres post-cataracte car ce soin n’était inclus dans la nomenclature (NGAP) que tu as édité. J’aurais dû lui facturer ses soins sans lui permettre d’être remboursée mais sa retraite d’agricultrice ne le lui permettait pas. 
La problématique a été soulevée quelques maisons plus loin chez cette dame qui m’appelait pour que je traite une nouvelle fois ses plaies d’ulcère que la pose journalière de bas de contention pourrait pourtant éviter. Mais la dame n’avait pas suffisamment de ressource pour payer ces soins que tu refuses d’inclure dans ta nomenclature et ses mains étaient trop faibles pour enfiler ses bas. Depuis, elle cumule les soins de pansements qui eux sont remboursés et coutent bien plus chers aux contribuables.
Quelques temps plus tôt, c’était un homme vivant dans une grande précarité et sous le régime de la CMU à qui je devais expliquer que les soins de sa sonde urinaire ainsi que l’ablation de cette dernière n’étaient inclus dans cette même nomenclature. Il allait devoir payer, ou aller à l’hôpital ou chez le médecin pour se faire enlever sa sonde sans n’avoir rien à payer. Ce jour-là, j’ai travaillé gratuitement en m’occupant de ce patient… A ce moment précis, je t’ai détesté la CPAM.

J’ai détesté ton incohérence qui imposent aux patients des passages chez le médecin pour une ablation de sonde urinaire alors que j'aurais pu le faire pour moins chers. J’ai détesté ton manque de logique qui préfère créer des plaies chez les gens plutôt que de les prévenir sans faire d'économie. J’ai détesté ton manque de jugement qui préfère me faire bosser gratuitement ou pour trois fois rien auprès de patients qui ont pourtant tellement besoin de soins.

Et puis au téléphone, Hélène m’a dit :

- Après quelques nuits passées dehors, la CPAM m’a contacté pour me demander d’arrêter mon cirque.

Du « cirque ». Et là, je t’ai détesté pour ton manque d’humanité. 
Voilà donc tout ce que tu penses du combat d’Hélène alors qu’elle a seulement peur de tout perdre ? Comme si elle était en train de faire le clown sous un chapiteau pour amuser la galerie. Moi, de clown je n’ai eu au téléphone qu’une femme de 62 ans au nez rougie d’avoir passé sa troisième nuit dehors, épuisée et émue aux larmes.

Comme dans un vieux couple, j’essaie de garder en mémoire ce qui a fait que je t’ai profondément aimé la CPAM : l’humanité de ton grand projet de donner accès à la santé pour tous. Ce sentiment génial qu'ont dû connaitre mes prolos de grands-parents le jour où la sécurité sociale leur a enfin permis d'avoir accès aux soins. Et puis j'ai écouté Hélène me parler avec sa voix du sud. Sa voix tremblante et forte qui marquait de son épuisement de ne pas être entendu de toi.  J'ai pensé à elle dans le froid sous sa couverture devant la CPAM de Bordeaux et je me dis que tu t’était complètement fourvoyé la CPAM. Où est donc passé ton cœur de métier bordel ? Celui qui te faisait aimer l’autre en te donnant envie de l’aider ? Celui qui nous aidait à soigner les gens, à en vivre dignement ? Celui qui était censé aider les soignants à prendre soin des autres...

La CPAM,  tu t’es laissé manipuler par les politiques plus préoccupés par la taille de ton trou qu’il faut à tout prix résorber que par l’Humanité, par la solidarité et par le principe d’entraide qui devraient normalement rester les trois piliers fondateur de ton système.

CPAM, tu te dis « Sécurité» et « Sociale », mais je ne sais même pas si tu es encore digne de porter ce nom.


12 commentaires:

Anonyme a dit…

On est en 2017 et la situation des infirmières liberales ne s'améliorent pas! Comment vivre au quotidien la santé de nos patients lorsque l'organisme qui doit en prendre soins bafoue ce principe !?!? Nous serons tjrs obligées de lutter pour nous faire entendre et respecter ...

Maddy a dit…

Magnifique, terrifiant et si réel, surtout sur la fin et l'utilisation politique pour satisfaire des égos d'un système initialement humain.

Anonyme a dit…

Triste réalité. Bravo pour ton coup de g....
Namaste

Anonyme a dit…

securite et sociale ne veulent plus rien dans un pays qui maltraite tout les soignants quel qu'il soit .aujourd'hui les ministres de la sante successifs préfèrent s'occuper de rendement de productivite ou l'humain n'existe plus et préfèrent s'occuper des défilés de haute couture .de tout cœur avec vous et a bon entendeur........

Anonyme a dit…

Je suis infirmière dans un centre hospitalier, je partage vos points de vue. Je suis de tout coeur avec vous! J'espère que ça fera réfléchir plus d un.... Bon courage à vous les infirmières libérales et tout mon soutien à Hélène!!!!

Anonyme a dit…

J'exerce en libéral depuis 36 ans et j'ai vécu, en moins grave et à plusieurs reprises la situation de Hélène. J'aurais aussi pu écrire mot pour mot cette lettre tellement elle est CRIANTE de vérité!!!
Une nomenclature obsolète et mal adaptée, une CPAM qui se renie en permanence et nous colle une image de fraudeur dès qu'elle parle de nous, voilà avec quoi nous devons exercer aujourd'hui.
avec une tournée de 12 heures dans la neige et à moins 10° aujourd'hui, dimanche, je suis de tout coeur avec Hélène et malheureusement à des années lumières des préoccupations de la CPAM.

Egalimère a dit…

A part relayer ton billet et interpeller la cpam sur les réseaux sociaux, est-ce qu'il y a autre chose qu'on peut faire pour aider Hélène ?
Ces nomenclatures sont une aberration au détriment des parient.e.s et de votre profession

Anonyme a dit…

Tout est dit,très beau texte.infirmière libérale également je souhaite un tournant positif à hélène.courage!

djes a dit…

Si je peux me permettre, vous êtes, nous sommes victimes d'une arnaque à grande échelle. Oui, les caisses de la sécu sont vides et oui, cela entraîne des gestionnaires imbéciles aux pires extrémités. Pourquoi sont-elles vides ? Est-ce que c'est le coût de vos services, du salaire des personnel des hôpitaux ? Non. Qu'est-ce qui a augmenté ? Bizarrement, ce n'est pas chiffré, pourtant, ça crève les yeux. Le coût du matériel. Des normes imposant un usage immodéré, mises en place par qui. De nombreuses prestations, plus ou moins utiles, au profit de qui ? Et qui compense, par une présence de tous les jours, et de plus en plus d'heures non rémunérées ? Vous en avez marre ? Sachons nous unir, identifier les responsables, nous faire élire, être présent(e)s là où les décisions sont prises, et... Changons les choses ! Ne laissons pas le pouvoir aux profiteurs.

djes a dit…

Si je peux me permettre, vous êtes, nous sommes victimes d'une arnaque à grande échelle. Oui, les caisses de la sécu sont vides et oui, cela entraîne des gestionnaires imbéciles aux pires extrémités. Pourquoi sont-elles vides ? Est-ce que c'est le coût de vos services, du salaire des personnel des hôpitaux ? Non. Qu'est-ce qui a augmenté ? Bizarrement, ce n'est pas chiffré, pourtant, ça crève les yeux. Le coût du matériel. Des normes imposant un usage immodéré, mises en place par qui. De nombreuses prestations, plus ou moins utiles, au profit de qui ? Et qui compense, par une présence de tous les jours, et de plus en plus d'heures non rémunérées ? Vous en avez marre ? Sachons nous unir, identifier les responsables, nous faire élire, être présent(e)s là où les décisions sont prises, et... Changons les choses ! Ne laissons pas le pouvoir aux profiteurs.

chaourcinette a dit…

et si on mettait en place une pétition au niveau national ?? vu le nombre de personnes qui lisent vos articles je suis sure que ça pourrait peser dans la balance...envoyé au Président, à la ministre de la santé.....
je suis de plus en plus dégoûtée de cette deshumanité.....Merci pour ce partage !

Anonyme a dit…

Oui une petition serait souhaitable, c est vraiment lamentable d en arriver là.

Enregistrer un commentaire

Merci pour le petit mot ! ^^