mardi 17 janvier 2017

l'IVG, cette pelure de mauvais sentiments qui parfois étouffe.





- Nan mais c’est juste pour savoir si je suis bien enceinte. En fait…

Le « En fait… » n’avait été suivi d’aucun autre mot, tout simplement parce qu’elle ne savait pas quoi rajouter de plus. Elle m’avait sorti sa phrase comme ça, sans que je ne lui demande rien. Comme si elle voulait se justifier de quelque chose de honteux alors que je venais de m’asseoir à ses côtés, elle, assise sur le fauteuil de prélèvement et moi sur mon tabouret auprès d'elle.

Je préparais le matériel nécessaire à la prise de sang qui allait déterminer si les deux traits de son test urinaire étaient bel et bien le marqueur d’un début de grossesse. Deux boules de coton, un sec et un alcoolisé, un sparadrap, un garrot… Elle se triturait les doigts tout me regardant visser l’aiguille sur le corps de pompe dans lequel j’allais insérer le tube rouge qui se remplirait de son sang. 5 ml de liquide chaud et rouge, un tout petit rien. Et puis, j’ai vu ses yeux inquiets fuir les miens lorsque j’ai croisé son regard et j’ai compris que ce « Tout petit rien », que ce « En fait », formaient un grand tout. La future annonce de grossesse serait loin d’être aussi joyeuse que l’avait été celle de son fils qui venait de fêter son premier anniversaire. La veine était belle mais tous les muscles de son bras étaient contractés jusqu’au poing serré aux doigts blanchis par l'effort.


« Laisse-la se crisper pour se détendre si elle en a besoin, c’est pas grave… Peut-être que tu devrais en discuter avec elle… Peut-être que tu devrais tout simplement faire ton job et te taire… Regarde-là, ça ne va pas… Ça ne te regarde pas ! …  Mais elle n’a pas fini sa phrase tout à l’heure ça veut tout dire ! … Ca veut peut-être dire qu’elle n’a pas envie de t’en parler ? … C’est peut-être qu’elle ne sait pas comment m’en parler… Elle espère quoi comme résultat ? Qu’il soit positif ou négatif en fait ? »

Négatif. Elle m’a dit ça en redescendant la manche de son pull en faisant attention de ne pas décoller le coton que je venais d’appliquer au pli de son coude. Elle se caressait l’avant-bras comme pour se réchauffer ou comme pour se rassurer, je ne savais pas trop. Nous nous sommes installées à mon bureau pour faire les papiers de sa prise de sang :

- Vous savez, c’est un des rares examens où on n’est pas obligé d’être heureuse d’être reçue alors qu’on espérait être recalée hein...

Elle a souri de ces lèvres fines et légèrement rosées et elle m’a dit :

- En fait… Je veux avorter parce que je n’ai simplement pas envie d’être enceinte. Mais ce n’est pas si « simple » comme décision. Moi qui ai toujours pensé que celles qui le faisaient étaient des nanas qui s’en fichait de la vie, qui se fichaient de baiser sans contraceptif. Mais là, c’est un peu la honte quoi. J’ai dû prendre ma pilule trop tard un soir, je sais pas. Je suis énervée, je sais pas où j’ai foiré…

Le stylo que je tenais entre mon pouce et mon index s’est stoppé net et j’ai relevé les yeux vers elle. Je me suis revue quelques années plus tôt le cul vissé sur la lunette de mes toilettes. 

Le test de grossesse et les deux mêmes barres bleues. Deux putains de traits bleues. Enceinte. « Et m*rde !! », voilà tout ce qui est sorti de ma bouche à ce moment-là. Je suis allée dans mon salon avec mon test dans la main en le secouant avec ce même geste inutile qui nous fait secouer un polaroid, essayant par tous les moyens de changer les résultats : s’il apparait une troisième barre sur ce truc je fais un malaise ! J’ai regardé à nouveau : « Deux barres. Enceinte. C’est pas possible… ». J’ai fait les cent pas dans mon salon sans lâcher le test. Et puis je me suis vautrée dans mon canapé, j’ai tenu ma tête entre mes mains et j’ai culpabilisé. Je m’en suis voulu. Le premier sentiment que j’ai ressenti en comprenant que j’étais enceinte c’était la honte de l’être. On aurait dû faire plus attention, on a merdé. C’est mon corps, mes organes, j’ai merdé en laissant pousser une vie dont je ne voulais pas.

Et puis il y a eu la colère. Contre moi, contre mon corps. Parce qu’il fallait bien en vouloir à quelqu’un, alors je lui ai voulu surtout à lui. Je me suis dit que mon corps n’était qu’un enfoiré qui, je le pensais sincèrement et c'est très con, avait réussi à modifier par je ne sais quelle magie les résultats des deux derniers tests de grossesse. 1% de risque de tomber sur un test défectueux il parait. Je suis une chanceuse, j’en ai acheté deux. Et j’avais eu mes règles. Des fausses bien sûr, parce qu’en vrai j’étais enceinte depuis plus d’un mois. Mais mon corps lui, avait voulu me le cacher en me feintant. En me faisant croire que je ne l’étais pas, en me faisant saigner pour de faux. 
Je me suis dit que je n’étais qu’un mammifère prêt à tout pour reproduire l’espèce, quand bien même je n’en avais pas envie. Je me suis dit que la nature était mal foutue. Qu’elle offrait la vie dans les ventres de celles qui n’en voulaient pas en laissant creux ceux des femmes qui espéraient le voir se remplir de vie. Dans une colère-paniquée, j’ai empoigné le lavabo de la salle de bain et je me suis frappée le ventre en me jetant dedans. J’ai eu mal aux os du bassin. C’était stupide. Mais j’aurais voulu, j’aurais souhaité vraiment, faire une fausse couche pour ne pas avoir à me faire avorter. Des larmes issues d’un cocktail dégueulasse de honte, de colère et de peur ont rendu mon reflet flou dans le miroir qui me faisait face.

J’ai croisé le regard de ma patiente qui ne souriait plus en voyant le mien perdu dans le sien. Je lui ai expliqué que nous étions 300 000 femmes par an en France à franchir les portes des centres d’IVG. Je lui ai dit que les nanas que j’avais croisé dans la salle d’attente du centre local avaient tous les âges, toutes les origines, tous les revenus et toutes des raisons différentes de se faire avorter, que ça ne se jugeait pas et que nous n'avions certainement pas à nous justifier. Toutes ces femmes assises les unes au plus près des autres sur leur siège et sans se regarder, semblant porter sur leurs peaux des couches de culpabilité, de colère, de peur et de honte.  Des sentiments infondés que j'ai porté un temps sur mon dos, comme une pelure épaisse et lourde à m'en étouffer.

Aujourd’hui, j’ai lu en bas d'un article sur l'IVG les jugements de valeur récurrents de quelques un qui se disent suffisamment éclairés sur la vie des autres pour estimer s’ils sont dans leur droit de se faire avorter ou pas. Je suis hallucinée de voir quelle énergie certains sont capable de déployer pour se battre contre les droits de chacun. J'assume d'avoir eu recours à l'avortement et je ne regrette absolument pas d'avoir franchi les portes de ce centre d'IVG. Je me suis rapidement défaite de cette couche de mauvais-sentiments que j'ai porté le temps d'une saison sur mon dos. Mais en lisant tout à l'heure les commentaires de l'article, j'ai pensé à toutes ces femmes qui avaient gardé leur pelure-honteuse sous le coude et qui avaient dû la revêtir en lisant ces mots si durs. J'ai pensé à celles qui la portaient toujours et qui s'était peut-être vautrée sur leur canapé, étouffée sous le poids de ces phrases accablantes de jugements.

Nous habitons pourtant un beau pays qui nous donne le droit de choisir d’être enceinte ou de ne pas le rester sans avoir a être jugé. Mais malheureusement, même une loi votée depuis plus de quarante ans n’enlèvera jamais l’idée qu’ont certains, que ces femmes qui se font avorter ne respectent pas la vie. Tout simplement parce que ces personnes dans le jugement n'ont jamais voulu intégrer l'idée que respecter la vie, c'était aussi de ne pas la laisser se développer si on la sait non désirée. Mais il sera toujours plus simple d'habiller les femmes d'un manteau de sentiment honteux plutôt que de les aider à s'en défaire...


Douce France, cher pays de mon enfance, bercé de tant d'aberrance, j'avoue parfois tu m’écœures (mais je t'aime quand même ! )


(... Et les hommes seront contents aussi ^^)

2 commentaires:

Cé74 a dit…

Ah là là il y aura toujours des gens même dans 30 ou 40 ans pour critiquer, juger, faire culpabiliser sur ce genre de décision. Il faut se dire que les personnes qui ont du temps pour juger et critiquer les autres doivent avoir une vie bien triste et ennuyeuse!!! Je pense que chaque femme est différente,chaque femme a son histoire et chacune d'entre nous peu avoir à prendre cette décision un jour on ne sait pas à l'avance de quoi la vie est faite. Prendre cette décision est un choix très difficile j'imagine mais raisonnable il me semble. Il vaut mieux je pense assumer de ne pas vouloir donner la vie quand on sait que ce n'est pas possible plutôt que de poursuivre une grossesse par rapport au regard des autres! A toutes ces personnes qui continuent de juger, critiquer les autres, trouvez un sens à votre vie avant tout et vous verrez ensuite que vous comprendrez mieux certaines choses. ;-)

RACINE Anne a dit…

Depuis la nuit des temps , ce sont les hommes qui ont pris les décisions pour les femmes , les hommes et puis les clans dans les sociétés patriarcales….(A ce propos , voir les sociétés où les femmes faisaient les choix majeurs , comme par ex. l’ethnie des Mosuo , dans le sud-ouest de la Chine .) En occident , depuis des lustres (et encore maintenant) la religion , donc surtout des hommes (prêtres etc) ont voulu garder la mainmise sur cette chose imprévisible nommée « femme » (cf.Le Continent Noir !), donc haro sur la liberté de cette dernière : cantonnée à la maison , surtout pas d’instruction , ça pourrait amener à se poser des questions sur le bienfondé de sa condition… Quand on se sent (homme) faible , on commence par attaquer l’autre ! A vérifier , mais ça doit bien figurer dans « L’Art de la Guerre » de Sun Tzu !
Et dans les armes, on trouve la Morale , qui permet d’exclure , et de jeter l’opprobre sur ceux qui ne la respectent pas ! Insoutenable pour l’être humain , animal Social !
Bref , ce petit laïus pour arriver à une question , peut-être un peu triviale ? :
Si les hommes , avec le comportement de lapin qu’ils ont eu , et que beaucoup ont toujours, tombaient « enceints » : est-ce qu’ils garderaient autant l’enfant que les femmes ont dû le faire ?? Question à replacer aussi dans les temps historiques ! Cela n’y parait pas, mais cette question se réfère à l’empathie : (faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui , de percevoir ce qu’il ressent…)
I have a dream : qu’arrive le jour où l’être humain se penchera sur ses blessures et ses failles , pour se dessaisir de la recherche sans fin du pouvoir ….

Enregistrer un commentaire

Merci pour le petit mot ! ^^